navigation

Radio : les tendances de la saison 2016-2017 26 septembre 2016

Posté par Le Transistor dans : Actualité , ajouter un commentaire

Près d’un mois après la rentrée, les grilles de programmes sont bien installées, les nouveaux concepts sont rodés et les radios ont pu largement communiquer sur leurs stratégies pour la saison à venir. A la lumière de tous ces éléments, nous pouvons à présent repérer les traits communs retrouvés sur les différentes antennes, et les effets de mode qui gagnent simultanément le paysage radiophonique français.
Féminisation des équipes, développement de l’interactivité, come-back des anciens, reconversion des politiques… Voici les grandes tendances radio de la saison 2016-2017 !


L’argument de la féminisation des antennes

letransistor_logos_radios_feminisation_antennes

Cette saison, les radios musicales et parlées mettent en avant la présence accrue de voix féminines lors des créneaux d’audience importants :


Du « Moi Président » à toutes les sauces

letransistor_moi_president2

Qu’on se le dise ! L’anaphore du candidat François Hollande en 2012 sera le gimmick de la campagne présidentielle 2017. Et les radios françaises s’y mettent dès cette rentrée ; ce sont pas moins de quatre stations qui font preuve de la même folle inventivité pour titrer ainsi un de leurs programmes :


Les pros de l’humour sur les musicales adultes

letransistor_humoristes_morning_rtl2_rfm

Entre les traditionnels horoscope et les potins people, les réseaux musicaux adultes misent un peu plus sur le rire de bon matin. Et cette saison, ce sont les professionnels de l’humour qui sont appelés à la rescousse :


Des récits de vie illustrés par la musique

letransistor_nikos-aliagas_boublil

Vieux comme la radio, le concept de l’émission d’accueil qui nous promet de mieux cerner un invité grâce à la « bande originale de sa vie » fait son retour sur deux grandes antennes :


Radio France découvre le samedi matin

letransistor_matinales_samedi_broue-rochefort.png

Il y aurait donc une vie le samedi matin ? Deux chaînes de Radio France viennent de s’en apercevoir en inaugurant deux matinales en direct le week-end à la place des traditionnels empilements d’émissions en boîte. Les deux portent le même titre original et éclairant :


Du contenu via Snapchat

letransistor_toulouseFM_mouv_snapchat

La présence sur Snapchat devient incontournable pour les radios jeunes cette saison. L’interactivité via l’application devient à lui seul un concept d’émission sur certaines antennes :


Le retour des anciens

letransistor_bellemare_bercoff_sabatier

Ils ont fait les belles heures des radios généralistes en d’autres temps, puis ont oeuvré dans différentes sphères (presse écrite, télévision, édition) en se faisant presque oublié du milieu radiophonique. Contre toute attente, ils sont de retour en 2016 au micro :


La reconversion des politiques

letransistor_debre_bachelot

Est-ce le début d’un mouvement plus profond ? Deux anciennes personnalités politiques prennent cette année le chemin du divertissement et se transforment en animateurs-chroniqueurs sur de grandes antennes :

 

Crédits photos : RTL, France Inter, RTL2, RFM, France Musique, Europe 1, Mouv’, France Bleu, Sud Radio, MFM Radio, RMC

Radio : les tendances de la saison 2015-2016 6 octobre 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Europe 1,France Bleu,France Inter,Fun Radio,Locales,MFM,Nostalgie,NRJ,RFM,Rire et Chansons,RTL,RTL2,Skyrock , 2 commentaires

letransistor_illustration_radio_denk-positiv

Un mois après le lancement des nouvelles grilles de rentrée, un certain nombre de mouvements, anecdotiques ou lourds, se dégagent des programmes des stations françaises.
Horaires changés, place de l’information et de la politique, dosage des best of et rediffusions, nouveaux logos… Voici les principales tendances radio de la saison 2015-2016.

 

La nuit : l’ennui

Entre rediffusions à gogo et musique non-stop balancée par des automates, les nuits des radios françaises sont devenues bien pauvres en contenus frais depuis quelques saisons. A la recherche d’économies, les grands groupes radiophoniques suppriment tour à tour toute présence nocturne sur leurs antennes. Après RFM l’an passé, ce sont cette saison Fun Radio et RTL qui stoppent les animations de nuit. Sur cette dernière, l’inamovible Georges Lang ne dispose plus désormais que d’une heure de Nocturnes, officiellement à sa demande. Il n’y a plus en ce mois de septembre que trois radios nationales qui proposent ainsi un accompagnement en direct après 1 heure du matin, il s’agit d’RTL2 (avec Lionel Guillaume et Thomas Debono), Skyrock (Priska jusqu’à 3 heures) et NRJ (avec la libre-antenne de Mikl). 

Du côté des radios généralistes, signalons qu’Europe 1 se distingue en cette rentrée par la suppression de ses rendez-vous d’information entre minuit et 4h30. Une décision surprenante de la part d’une station prétendument en pointe sur l’information et dotée d’une rédaction étoffée.

 

Des matinales plus matinales

Si les stations musicales abandonnent les auditeurs nocturnes, elles s’intéressent cependant de plus en plus aux lève-tôt et lancent progressivement des pré-matinales avec contenu avant le traditionnel « morning » de 6 heures du matin. Nostalgie le fait depuis 2007, RFM et MFM Radio depuis 2011, et depuis cette rentrée c’est au tour de Fun Radio de placer un animateur de flux dès 5 heures, avant son Bruno dans la radio de 6 heures.
Mais la tendance touche cette saison davantage les radios locales et régionales, ainsi après Radio Scoop en 2013 ou Delta FM et Radio Emotion en 2014, ce sont cette année Mona FM, Totem, Cerise FM, Cannes Radio, Wit FM et Vibration qui proposent des pré-matinales (dont certaines en voice-track) à partir de 4 ou 5 heures du matin.

 

Recyclage et rediffusion à gogo le week-end

Outre la nuit, les rediffusions gagnent de la place le week-end. La réutilisation des programmes de la semaine devient à présent la norme les samedis et dimanches pour boucler des grilles de programmes au rabais. RTL en abuse pour ses après-midi (Drôle de semaine, La curiosité est un vilain défaut), mais la palme revient à France Bleu qui recycle tout ce qui peut l’être pour ses tranches nationales (France Bleu Midi Ensemble – best-of de la semaine, Tout France Bleu – le meilleur, Pop story, On se dit tout sur France Bleu – best of de la semaine). On s’interroge dès lors sur l’intérêt pour les stations du réseau d’abandonner des heures de programmes locaux pour raccrocher sur les différentes rediffusions que Paris semble seulement en mesure de produire le week-end.

 

La politique déplacée au dimanche midi

On se souvient qu’Europe 1 avait créé la surprise en 2008 en reprogrammant son Grand Rendez-vous de Jean-Pierre Elkabbach du dimanche 18 heures vers le matin à 10 heures. En ce mois de septembre, deux autres rendez-vous politiques influents quittent les fins d’après-midi et sont désormais diffusés à la mi-journée : Elisabeth Martichoux présente désormais le Grand Jury à 12h30 sur RTL, et sur France Inter l’interview politique du dimanche est réalisée dans l’émission Agora de Stéphane Paoli à 12 heures. S’agit-il là de changements d’horaires pour s’assurer que les petites phrases, buzz et polémiques tournent en boucle sur les écrans jusqu’au soir et assurent ainsi plus efficacement la promotion des stations ?

 

Un peu plus d’information sur les réseaux nationaux 

« L’auditeur ne vient pas chez nous pour l’info ! ». Au nom de ce sacro-saint principe, l’actualité a totalement déserté certains carrefours des réseaux musicaux et thématiques depuis quelques années. Or, en cette rentrée deux mouvements interpellent nos oreilles : RTL2 réintroduit des rendez-vous d’information l’après-midi dans son Drive, et de courts flashs d’actualité ont fait leur apparition dans la matinale de Rire et Chansons. Deux mouvements qui constituent peut-être les prémices d’un changement de doctrine plus large quant à la place de l’info sur les antennes.

 

Cogitation sur le bleu des logos

Du côté de la communication visuelle, la qualité et les nuances de la couleur bleu semblent être la grande affaire qui préoccupe les agences de com’ travaillant pour les radios des plus de 40 ans. France Bleu a cette rentrée fait évoluer son logo du bleu marine au bleu azur, et Nostalgie laisse tomber ses lettres dorées pour du blanc sur fond bleu.
logos2015_francebleu_nostalgie 

Illustration : « Denk positiv » © EDITION LAWINE

 

Playlist de grève de France Info : le réflexe « inrocks » 1 avril 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,France Info,Musique,Radio France , 5 commentaires

Une grève illimitée dure et suivie, des salariés déterminés à défendre une radio publique ambitieuse, une direction dont le projet est avant tout comptable, des négociations au point mort, des journalistes prêts à rejoindre le mouvement, une tutelle aux abonnés absents, de savants calculs politiques échafaudés dans les cercles de pouvoir…

Au quatorzième jour de grève des salariés de Radio France, l’actualité en provenance de la Maison de la radio est loin d’indiquée une issue immédiate pour le mouvement social qui y est engagé.

Du côté des auditeurs restés fidèles à leurs stations de coeur pour y guetter la diffusion éventuelle des programmes habituels, l’emballement des premiers jours pour « la richesse et la diversité » des sélections musicales de secours diffusées depuis le 19 mars commencent à laisser la place à une forte lassitude, si on en croit les commentaires distillés sur les sites internet et les réseaux sociaux.

La répétition quotidienne des mêmes morceaux donne de l’autre côté du poste la désastreuse impression de vivre un nouveau « jour de la marmotte » chaque matin, en référence au scénario du film Un jour sans fin, dans lequel Bill Murray revit la même journée indéfiniment.

letransistor_capture_unjoursansfin

letransistor_capture_unjoursansfin_radio
Bill Murray dans le film Un jour sans fin de Harold Ramis 

France Bleu joue et rejoue sa programmation de succès fédérateurs et positifs, France Inter rabâche ses découvertes francophones et ses standards pop et rock, France Musique enchaîne les oeuvres classiques, FIP ressasse les mêmes perles pointues, France Culture radote son univers musical chic et sophistiqué. Et Mouv’, en grève ou non, nous inflige tout de même les rotations serrées des derniers chefs d’oeuvre de Black M et Soprano.

Reste France Info, qui ne diffuse généralement pas de musique dans ses programmes, excepté quelques bandes originales de films en guise de comblage la nuit.
Hors, depuis le 19 mars, la station d’information continue sonne en journée comme une compilation du magazine Les Inrockuptibles en boucle !
La folk branchouille y côtoie la pop anglaise des années 2000, et les classiques trip-hop des années 90 se mélangent avec les artistes français labellisés « indés », le tout agrémenté de quelques classiques du rock comme America, Led Zeppelin, Canned Heat ou The Velvet Underground.
Bref, pour parodier la dernière campagne publicitaire de la radio : France Info, c’est en ce moment « le réflexe inrocks » !

letransistor_montage_franceinfo_lereflexeinrocks
Détournement maison de la dernière campagne publicitaire de France Info

Cette rengaine originale qui repart chaque matin est signée par Matthieu Beauval, ancien directeur d’antenne de France Info jusqu’en 2013, après être passé par FIP et Le Mouv’. Et si on en juge par les dates des singles diffusés, celui-ci a effectué sa sélection en 2011, ce qui rajoute au côté OVNI de cette playlist figée dans le temps, qui passe sous silence toute l’actualité musicale récente.

En raison du nombre important d’artistes underground et de morceaux obscurs figurant dans cette bande de secours, les auditeurs de la radio sont demandeurs d’éclaircissements et de références qui n’apparaissent nulle part sur internet. L’équipe de France Info vient donc tout juste d’extraire de ses ordinateurs un listing, le voici enfin disponible sur le site de la station.

 

Le Mouv’ rate une nouvelle fois son rendez-vous avec la jeunesse 14 janvier 2015

Posté par Le Transistor dans : Actualité,Fun Radio,Le Mouv',Radio France,Skyrock , 4 commentaires

En tardant à lancer sa nouvelle formule « urbaine », la radio jeune du service public est passée totalement à côté de sa mission ces derniers jours et a ainsi d’ores et déjà raté sa rentrée.

logomouv.jpgDans l’attente d’un reformatage complet lancé en plein milieu de saison et annoncé finalement pour début février, Le Mouv’ est en pilotage automatique depuis le 1er janvier. L’antenne est vide de toute présence depuis cette date, à l’exception de quelques courts flashs d’information la matin et de la diffusion de brefs modules de rétrospective.
La station est donc passée totalement à côté de l’actualité dramatique de ces derniers jours . Alors même que son cœur de cible ressent un fort besoin d’information, d’explications, de débat et d’expression, Le Mouv’ est réduit à un robinet à musique sans contenu parlé et manque une occasion importante d’affirmer ses spécificités.

Les jeunes citoyens n’ont eu d’autre choix la semaine passée que de se brancher sur les radios privées, qui, elles, ont fait le job. En consacrant son émission Lovin’ Fun au massacre de Charlie Hebdo mercredi soir, Fun Radio a su ainsi ouvrir son antenne au chagrin et à la révolte de ses auditeurs, tout en développant la réflexion sur la liberté d’expression et les sectarismes.

funradio_7janvier2015_twitter_lovinfun

Idem pour Skyrock, qui a relayé de nombreux messages de tolérance, que ce soit dans la Radio libre de Difool en soirée ou bien dans une émission spéciale de trois heures diffusée simultanément à la grande marche parisienne du dimanche après-midi.

skyrock_11janvier2015_emission-speciale-jesuischarlie

Le Mouv’ aurait été bien inspiré de casser au même moment son antenne robotisée pour traiter de cette mobilisation exceptionnelle et ouvrir un espace de dialogue mature digne d’une station publique.
En n’étant pas en phase avec les préoccupations immédiates de sa cible, cet outil n’a pas su honorer son cahier des charges, et a une nouvelle fois raté son rendez-vous avec la jeunesse.

Radio et voiture : un inventaire des séries limitées FM depuis 1986 6 octobre 2014

Posté par Le Transistor dans : Amusant,Chérie FM,Fun Radio,Histoire,NRJ,Ouï FM,Publicité,Radio FG,Virgin Radio , ajouter un commentaire

La tenue cette semaine du Mondial de l’Automobile à Paris offre l’occasion de parler radio et bagnole.
Depuis 30 ans, l’industrie radiophonique française s’est associée à quelques reprises à l’industrie automobile pour promouvoir certaines de ses marques les plus dynamiques sur des séries spéciales. Là où la voiture représente un outil d’émancipation important et sent bon la liberté et l’aventure, la radio FM est synonyme de mobilité, de vitalité et bénéficie d’un lien fort avec la jeunesse ; normal donc que ces deux univers s’entendent à merveille et profitent l’un de l’autre à quelques occasions pour draguer l’auditeur ou le conducteur.
De la Supercinq NRJ, à la Mazda 2 Ouï FM, voici l’inventaire des neuf modèles de voitures griffés au nom d’une station FM française.

 

1986 : Renault Supercinq NRJ

letransistor_publicite-renault-supercinq-NRJ

La station symbole du dynamisme de la FM dans les années 80 est bien entendu la première à bénéficier d’un modèle à son nom : la fameuse Renault Supercinq NRJ, lancée en grande pompe à la rentrée 1986.

A une importante campagne de presse et d’affichage orchestrée par le constructeur, s’ajoute l’organisation d’un énorme concert par la radio à l’usine Renault produisant la voiture à Flins. 30 000 spectateurs viennent y applaudir le 13 septembre un impressionnant plateau composé des principales sensations françaises du moment : Images, Les Avions, Partenaire Particulier, Rita Mitsouko, Lio, Elli Medeiros, Diane Tell, Michel Berger, Catherine Lara ou Francis Lalanne ; mais également de stars internationales comme Sandra, Hong Kong Syndikat, et surtout Dépêche Mode.

letransistor_publicites-renault-supercinq-NRJ

Sur l’antenne d’NRJ, outre l’organisation d’un grand jeu concours, des jingles spéciaux sont produits et diffusés très régulièrement entre deux disques.

Le succès aidant, la Supercinq NRJ connaîtra deux autres déclinaisons en 1987 et 1988.

 

1987 : Citroën AX Hit FM

Face au dynamisme de Renault sur le marché des modèles pour jeunes, Citroën réagit en associant sont AX à l’image de Hit FM, l’éphémère réseau du groupe UGC.
La publicité télévisée reprend les codes visuels et sonores de la campagne originale de la radio.

 

1989 : Seat Ibiza RVN

Série très limitée à 100 exemplaires, la Seat Ibiza RVN, du nom de la station régionale Radio Voix du Nord, a été proposée à la vente uniquement dans le Nord-Pas-de-Calais par les concessionnaires locaux.

Seat_Ibiza_RVN

1991 : Renault Clio NRJ

letransistor_renault-clio-NRJ

Toujours soucieuse de draguer la jeunesse, Renault s’associe encore à NRJ en 1991, pour un nouveau petit modèle : la Clio NRJ remplace la Supercinq NRJ.

 

1994 : Peugeot 106 Chérie FM

Afin de séduire une cible féminine, Peugeot utilise pour sa 106 une nouvelle marque du groupe NRJ en avril 1994 : le réseau Chérie FM.

letransistor_publicite-106-cheriefm

 

1994 : Mazda 323 Fun Radio

Bénéficiant d’une notoriété de plus en plus importante au milieu des années 90, Fun Radio associe alors son image à la Mazda 323 pour une série limitée à 1000 exemplaires.

 

2005 : Volkswagen New Beetle FG DJ Radio

Une radio à l’image branchée et moderne pour un modèle urbain et tendance, la New Beetle FG DJ Radio sera produite à 150 exemplaires en 2005.

letransistor_VW_NewBeetle_FGDJRadio

 

2009 : Toyota Aygo Virgin Radio

Autre modèle citadin pour une clientèle supposée jeune, dynamique et branchée, la Toyota Aygo Virgin Radio voit le jour en février 2009 et est fabriquée à 1500 exemplaires.

letransistor_toyota-aygo_virginradio

 

2009 : Mazda 2 Ouï FM

Disponible chez les concessionnaires de la région parisienne, la citadine Mazda 2 se la joue rock et cuir et s’habille aux couleurs de Ouï FM en avril 2009 : le noir et le rouge.

letransistor_mazda2_ouifm

Sources :
- Autos-series-limitees.fr
- Saga R5
- Les anciennes publicités du monde automobile
- Aymeric Mantoux et Benoist Simmat, NRJ L’empire des ondes (Mille et Une Nuits 2008)
- Endy Smet

- INA.fr

12345...9

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus